Le Site de Champaner-Pavagadh


Murs de la forteresse (Hissar-i-Khas)


La Capitale médiévale Champaner-Pavagadh
Photos © Copyright Rahul Gajjar.
Texte par Alain Joly.

     Champaner-Pavagadh est devenue au 1er juillet 2004 le 26ème site en Inde à être inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO. Le lieu est constitué de l'ancienne capitale médiévale Champaner, et de la colline de Pagavadh, sacrée pour les hindous. L'ensemble est un tissu complexe de sites archéologiques pour la plupart non encore mis à jour, de vestiges hindous et musulmans comprenant des édifices religieux, des fortifications, des pavillons d'agrément, des installations de rétention d'eau, le tout construit entre le VIIIe et le XIVe siècle et disséminé sur une surface de six kilomètres carrés sur les contreforts de la colline de Pagavadh. A l'heure actuelle, 38 des quelque 120 monuments présents sur le site sont sous la protection de l'Archeological Survey of India.
     Situé dans l'état du Gujerat à 47 kms au nord-est de Vadodara, ce site peu connu des touristes étrangers s'inscrit dans un environnement naturel spectaculaire et une solitude qui lui a valu d'être largement oublié depuis la fin du XVIème siècle. C'est au défunt Professeur R.N. Mehta, qui le premier y entreprit des travaux dans les années 60, et aux 22 années d'effort du Vadodara’s Heritage Trust que l'on doit à ce lieu d'être enfin reconnu, après avoir été classé en 2000 parmi les 100 sites les plus menacés au monde par le World Monuments Watch.
     La colline sacrée de Pavagadh, constituée de plusieurs plateaux successifs séparés par des falaises abruptes ou des forêts, s'élève à 830 mètres au-dessus de la plaine. Selon une légende, la colline serait un morceau d'un versant himalayen que le dieu singe Hanuman transporta à Lanka dans un épisode du Ramayana, d'où la nom Pavagadh qui signifie un quart de montagne. On dit aussi qu'elle repose sur l'emplacement où tomba jadis un doigt de pied de la Déesse Sati qui lui donna sa forme (1). Selon une autre légende, le fameux Rishi Vishwamitra vivait dans une vallée sur un promontoire avec sa vache Kamdhenu. Cette dernière avait le pouvoir de la parole et était une source intarissable de lait. Elle glissa un jour et, étant incapable de remonter la pente, se mit à remplir la vallée de son lait pour rentrer à la nage. En voyant cela, le Rishi pria les Dieux pour que la vallée soit comblée afin d'éviter un autre accident. Ils exaucèrent son voeu en envoyant une montagne si immense que les trois quarts de celle-ci bouchèrent la cuvette, ne laissant dépasser que le quart restant.


Mausolée à la Mosquée Kewda

     La citadelle de Champaner-Pavagadh porte les cicatrices des nombreuses et successives guerres de possession dont elle fut l'objet pendant le deuxième millénaire. La plupart des dirigeants du Gujerat voulait la conquérir à cause de sa position stratégique. Après une vie glorieuse sous la domination des Rajputs hindous, la ville débuta sa période musulmane quand elle tomba aux mains des Sultans de la région à la fin du XVème siècle. La cité fut ensuite conquise par les Moghols en 1535, avant de finir dans l'oubli et n'être plus qu'une petite ville à l'ombre de la plus importante Ahmedabad.
     Construite au XVème siècle, la Grande Mosquée (Jama Masjid) est de loin le plus important des monuments islamiques de Champaner. Construite par des hindous et des jaïns, elle est à la confluence des idéaux musulmans et du savoir-faire artisanal hindou et est considérée comme un des monuments les plus déterminants dans le développement de l'architecture des mosquées en Inde et dans le monde. Cette magnifique mosquée, mentionnée dans la prestigieuse Encyclopedia of World Architecture, repose sur 172 piliers et possède des minarets hauts de 30 mètres. Son dôme central supporté par de hautes colonnes, ses balcons délicatement sculptés et ses différentes portes ouvragées figurent parmi les éléments architecturaux les plus remarquables. Le site renferme également de nombreuses autres mosquées qui toutes sont les témoins du haut degré de connaissance et d'expression du génie architectural qui prévalait alors, et qui forment la partie la plus significative de l'héritage de la période sultane de Pavagadh. Parmi les autres constructions érigées à cette époque figurent une forteresse de 120 m de long sur 9 m de haut avec ses portes monumentales sculptées, des pavillons d'agrément, et des lacs.


Porche - Jama Masjid

     Si la citadelle de Champaner au pied de la colline possède une histoire et une architecture hindo-musulmane complexe remontant à 1200 ans, la colline de Pavagadh, avec ses vestiges de villes hindoues, est éminemment sacrée car considérée comme l'un des 52 Shaktipeeths existant dans le monde (1). Le temple de Kalikamata au sommet de la colline est un sanctuaire important qui attire de très nombreux pèlerins tout au long de l'année. Ce site sacré pour les hindous et les jaïns fut établi dès le VIème et le VIIème siècle, et fut dominé au long des siècles par différents royaumes et dynasties. Outre le temple de Kalikamata, de nombreux autres vestiges de temples hindous et jaïns subsistent avec de très belles sculptures montrant des scènes de la vie des principaux dieux, en particulier de Shiva. Des palais ont également été construits comme le Patai Raval, le plus important, dont il ne reste aujourd'hui que les fondations. Des résidences d'été montrent un haut degré de perfection dans la recherche du confort avec un système d'aération élaboré et des lieux pour s'asseoir et se protéger de la chaleur.


Temple de Lakulisha

     La priorité est maintenant à la réhabilitation du site. Déjà, des paysagistes de l'Université de l'Illinois ont proposé un plan de conservation qui inclut la restauration des sites architecturaux, la remise en état des sentiers de pèlerinage, la construction de sentiers de découverte, sans oublier la préservation du paysage pour assurer un environnement durable autour de tous ces monuments. Amita Sinha, l'une des initiatrices du projet, a écrit : « Depuis la préhistoire, la géologie s'est mêlée aux éléments mythologiques pour produire les légendes qui ont donné à ce site son immense signification culturelle et religieuse. » Les résidents de Pavagadh et des villages voisins sont très heureux. Ghanshyam Joshi, qui fut associé à la renaissance de ce site, est conscient de ce qui leur incombe maintenant : « C'est la responsabilité des habitants de rendre cet endroit plus attractif et plus accessible aux touristes. Mais en même temps, ils doivent s'assurer que l'écologie si fragile de ce lieu est préservée. »

 
*****

 

Série de photographies sur Champaner>>>

Cour de la Jama Masjid


Source Photographies :

Toutes les photographies sont Copyright © Rahul Gajjar.

Notes :
(1) Les Shaktipeeths sont des "lieux de pouvoir" dans la religion hindoue. La légende raconte que le Dieu Shiva qui portait un jour le corps éteint de Sati sur ses épaules était si agité de douleur que le Dieu Vishnu, craignant que cela détruise le monde, utilisa ses pouvoirs pour découper les membres de Sati. Depuis, chaque lieu où une partie de son corps est tombée est un Shaktipeeth.

Rahul Gajjar vit et travaille à Vadodara en Inde (au nord de Bombay). Après des études de photographie et d'arts plastiques, il exerça la photographie et fut invité en France en 1993 pour apprendre auprès de photographes de mode et de publicité. Il se dirigea ensuite vers une carrière d'artiste digital, créant des images par
le dessin et différents logiciels afin de créer des effets particuliers. Ses principaux travaux ont été inspirés par la philosophie classique indienne. Ses oeuvres ont été exposées à Paris, aux USA, dans les Emirats arabes unis, et au Festival de l'Image Numérique de Roanne en France.

 


RETOUR  SOMMAIRE  ARTS TRADITIONNELS